Mais où sont passées les étoiles? La Pollution Lumineuse et mon passage au GRAPHYCS

Mon expérience académique la plus spectaculaire est sans conteste ma participation en 2005 au projet GRAPHYCS (Groupe de Recherche et d’Application en PHYsique du CEGEP de Sherbrooke).

Le projet de fin de DÉC est une étape importante dans le parcours académique: c’est souvent le premier contact avec une forme de recherche appliquée et soutenue. Le concept du GRAPHYCS est de porter cette étape à un niveau supérieur et de créer un projet qui perdure d’année en année avec de nouveaux étudiants.

Mené par les professeurs Martin Aubé et Nicolas Pfister du Cégep de Sherbrooke, ce projet remplace la durée habituelle d’un projet de fin de DÉC, une session, par une année scolaire complète. Cela crée évidemment une surcharge de travail à certains moments de l’année, mais une partie du défi consiste à pouvoir accepter cet effort supplémentaire sans broncher. De plus, la pérennité du GRAPHYCS permet une continuité remarquable dans la recherche et constitue un ouvrage collectif vivant et fécond.

Le projet spécifique à l’intérieur du cadre du GRAPHYCS auquel j’ai eu l’honneur d’apporter ma contribution s’appelle ILLUMINA. Il s’agit d’une contribution technique à une plus vaste problématique: la lutte contre la pollution lumineuse.

Si vous ne connaissiez pas le phénomène de la pollution lumineuse, soyez heureux, car vous serez renseignés!

La pollution lumineuse est l’effet néfaste de l’usage abusif et inapproprié de la lumière artificielle, dont les signes les plus évidents sont les dômes lumineux des grandes villes, la lumière intrusive dans les demeures et la dissimulation des étoiles visibles dans le ciel. Ses conséquences touchent à la fois à l’astronomie, à l’écologie, à la santé publique et à l’économie. Si vous désirez en savoir plus, je vous suggère fortement la visite du site de la Réserve Internationale de Ciel Étoilé du Mont-Mégantic et celle de l’International Dark-Sky Association (IDA).

Pour en revenir au GRAPHYCS, ILLUMINA est un logiciel de simulation informatique de la pollution lumineuse, visant à pouvoir mieux comprendre les paramètres qui agissent sur le phénomène observé sur le terrain. C’est une construction titanesque de plusieurs milliers de lignes de code (ah le FORTRAN, quelle aventure!); notre rôle dans l’équipe, à moi et à ma coéquipière Valérie Houle, était de procéder à une révision complète et un débogage en règle avant de pouvoir lancer les premières simulations d’essai.

Il y avait une part d’apprentissage physique, astronomique et scientifique, absolument fascinant, mais aussi une part technique et informatique qui est très utile à long terme. Ce mélange de théorie et de pratique est un excellent moyen de réussite. Il ne faut pas oublier non plus l’importance d’un travail en équipe de cette envergure et de cette durée et l’apprentissage de la rigueur scientifique nécessaire à la réalisation d’ILLUMINA et sa mise en action réelle. Pour les curieux, voici notre rapport à notre directeur: Modelisation_Pollution_Lumineuse_2005_par_Houle_et_Robert-Staehler

Notre travail de l’année a finalement débouché sur une publication scientifique en bonne et due forme:

Aubé, M., Franchomme-Fossé, L., Robert-Staehler, P., Houle, V. (2005) Light Pollution Modeling and detection in a heterogeneous environment: Toward a Night Time Aerosol Optical Depth Retrieval Method, Proceeding of SPIE Vol. 5890, San Diego, USA.

Mais ce n’est pas tout! Attendez un prochain article pour la suite!

Publicités